Conséquences de ne pas traiter

Conséquences de ne pas traiter

Conséquences de ne pas traiter

Les conséquences de ne pas traiter sont multiples. L’attrition, les récessions gingivales, les troubles de l’articulation temporo-mandibulaire en plus de réduire l’apparence du sourire. Les dommages occasionnés sont définitivement plus complexes et coûteux à corriger à long terme. Certains dommages peuvent  être  même irréversibles. La prévention est donc  assurément la solution la plus sage et favorable à long terme.

L’attrition

Le mauvais alignement des dents peut entraîner de l’attrition dentaire, de l’usure prématurée. La bonne position des dents et des mâchoires procure une répartition des forces adéquates sur la dentition. D’abord, les canines sont des dents qui supportent d’avantage les forces en mouvement de latéralité lors de la mastication. C’est ce que l’on appelle la disclusion par la canine. Lorsque les incisives inférieures glissent vers l’avant contre les incisives supérieures, il est essentiel que seulement les dents antérieures se touchent pour éviter les contacts des dents en postérieur. Ainsi, les dents postérieures ne supportent pas les forces de latéralité. Les dents antérieures doivent se toucher seulement lorsque la mâchoire inférieure glisse vers l’avant. Enfin, le fait d’observer des forces inadéquates entraîne de l’usure prématurée.

L’attrition peut apparaître dès le jeune âge principalement en présence d’une para-fonction comme le bruxisme ou le serrement des dents. Bien entendu, l’attrition s’accentue avec le temps. En plus de détruire la dent, elle occasionne souvent de sensibilité dentinaire créant un inconfort important. En présence d’une attrition sévère, il peut être difficile ou impossible de restaurer la dent.  Bien entendu, les restaurations des dents ayant subi une attrition sévère sont très coûteuses. Les conséquences de ne pas traiter sont souvent beaucoup plus coûteuses qu’une correction orthodontique effectuée en plus jeune âge. Enfin, une dentition ayant subi de l’attrition demeure beaucoup moins esthétique. La perte de l’émail occasionne une dent plus jaune. Ainsi, les dents plus courtes et beaucoup moins blanches sont beaucoup moins appréciées et donne une apparence beaucoup moins jeune.

Conséquences de ne pas traiter

Conséquences de ne pas traiter

 

Les récessions gingivales

Les récessions gingivales représentent la perte de gencive attachée occasionnant l’apparition de la racine en bouche. Bien entendu, la perte de gencive se traduit aussi par une perte osseuse et ainsi la possibilité de perdre la dent à long terme.  Les récessions gingivales peuvent être occasionnées par divers facteurs dont l’usage du tabac, une mauvais technique de brossage, le serrement des dents et bien entendu la mauvaise position des dents.

Une dent en mauvaise position ou la présence d’un articulé croisé sont deux facteurs qui occasionnent des récessions gingivales. La mauvaise position des dents et des mâchoires entraîne des effets non favorables sur la répartition des forces  sur la dentition. Des forces inadéquates entraîne des troubles parodontaux, soit les récessions gingivales. De plus, lorsque la gencive attachée présente déjà une quantité minimale, la perte de la gencive peut apparaître hâtivement. Une récession gingivale peut apparaître dès l’apparition des incisives lorsque ces dernières sont en articulés croisés. Il est donc primordial de corriger la situation rapidement. De plus, une perte importante de gencive peut parfois être irréversible.  La  prévention demeure la meilleure recommandation. Il est donc essentiel de consulter idéalement avant l’apparition de récessions gingivales.

récession gingivale

récession gingivale en jeune âge, articulé croisé

Correction de l'articulé croisé

Correction de l’articulé croisé

 

 

 

 

 

 

 

Les désordres temporo-mandibulaires

Les désordre de l’articulation temporo-mandibulaires, ATM, peuvent apparaître dès l’adolescence. Plusieurs facteurs peuvent occasionner des troubles de l’ATM. Le bruxisme, le serrement des dents, le fait de ronger ses ongles (onycophagie), la mauvaise position des dents et des mâchoires en sont des exemples.

La mauvaise position des dents et mâchoires représente un facteur important reliés aux désordres de l’ATM. Une différence entre les deux mâchoires entraîne régulièrement le déplacement du ménisque au niveau de l’ATM. Par exemple, le fait que la mâchoire inférieure soit trop reculée comparativement à la mâchoire supérieure. La grande distance occasionne un mouvement important vers l’avant de la mâchoire inférieure. Ce mouvement de la mâchoire peut faire glisser le ménisque vers l’avant. Lors de l’ouverture de la mâchoire inférieure, il est possible d’entendre un bruit que l’on appelle plus communément un craquement. Cette situation peut aussi être observée lorsque la mâchoire du haut est trop étroite. La mâchoire inférieure doit ainsi fermer en glissant d’un côté plus qu’un d’un autre.

Bien entendu, le déplacement du ménisque peut avec le temps occasionner de l’inflammation et de la douleur à l’ATM. Les troubles de l’ATM peuvent être complexes à corriger. Une inflammation chronique peut engendre des désordres permanents à long terme. Il est donc de mise de consulter dès l’apparition des symptômes.